Connexion



Recherche
Articles du blog
De retour de la sesshin

Voici quelques photos de la sangha du dojo zen de Mons de retour de la sesshin qui s'est tenue du 11 au 13 mars 2011 à Maredsous.

Ca n'a pas toujours été facile ( aïe les genoux ;-) ) mais je pense que la conviction de chacun à s'engager sur la voie a été renforcée. Merci à toutes et à tous.

 
Atelier couture suite

Voici les photos de nos amis de la sangha qui participent aussi aux ateliers couture organisés le mardi au dojo de Bruxelles.

Lire la suite...
 
Atelier couture

Nos amis de la sangha de Bruxelles nous ont accueillis ce dimanche 23 janvier pour un atelier couture.

Nous les remercions grandement pour leur accueil.

Voici quelques photos.

Lire la suite...
 
Notre Forum

Aujourd'hui nous avons le plaisir de mettre en ligne notre forum.

Lire la suite...
 
Comment devenir rédacteur ?

Pour aider les futurs rédacteurs, je vais commencer par expliquer comment devenir rédacteur.

 

Lire la suite...
 
Archives du blog
Infos du site
Membres : 410
Contenu : 54

Description d'une séance

Il est important, quand vous avez décidé de pratiquer zazen, d’avoir une certaine régularité dans la pratique. Si vous avez décidé de venir au dojo le lundi et le jeudi soir, par exemple, vous vous y tenez, même si on vous propose une sortie ou si vous êtes fatigués.

Il s’agit de ne pas déranger le gyoji, pratique constante au sens de pratique régulière. Ce n’est pas zazen qui bouge, mais la vie quotidienne qui s’organise autour de lui.

La séance de zazen commence toujours à l’heure exacte. Il vous est demandé d’arriver environ 15 minutes avant l’heure et d’être le plus possible dans un état d’esprit calme et concentré, propice à la méditation.

Sept minutes avant le début du zazen, le bois retentit. Les conversations s’arrêtent. Vous pouvez entrer dans le dojo.

Vous passez la poutre située à l’entrée, du pied gauche. C’est une première occasion de vous concentrer. Vous vous inclinez en gasshô devant l’autel en signe de respect pour la pratique vivante de zazen, symbolisée par une statue du bouddha, et pour les pratiquants.

Une série de coups de cloche vous informe que zazen commence, à partir de ce moment-là, vous êtes complètement concentrés sur votre pratique, sur votre posture et sur votre respiration. Vous veillez alors à rester immobile, d’une part, pour ne pas déranger les autres et, d’autre part, parce que le corps et l’esprit étant intimement liés, votre mental ne pourra pas s’apaiser si votre corps s’agite et vice-versa.

Au cours de cette première partie, vous aurez la possibilité de demander le kyosaku. Il s’agit d’un coup de bâton donné sur des points d’acupuncture situés aux épaules. Le kyosaku peut vous aider en cas de somnolence ou d’agitation.

Après environ 40 minutes, tout le monde se lève pour pratiquer kin-hin. Cette méditation marchée dure environ 10 minutes. Après un coup de cloche qui en annonce la fin, vous retournez rapidement à votre place et vous vous rasseyez comme pour la première partie du zazen.

Lors de la deuxième partie, vous entendrez un kusen, un enseignement relatif à notre pratique.

La séance se termine par une brève cérémonie (+/- 10 minutes) qui consiste en la récitation de l’Hannya Shingyo (le sutra du cœur) rythmé par des instruments, des quatre vœux du bodhisattva et de dédicaces.

Ensuite, vous quittez le dojo en saluant à nouveau le bouddha en gasshô et en repassant la poutre, cette fois du pied droit.

Comme vous avez pu le constater en lisant ces lignes, la manière d’être dans le dojo est assez codifiée. Il ne s’agit en aucune manière d’un quelconque formalisme. Dans le dojo, l’attention aux gestes est une pratique en elle-même. Tous ces gestes doivent être exécutés dans une totale attention, une présence de chaque instant. Cela favorise la concentration et nous permet de pratiquer en harmonie et avec respect pour le lieu de la méditation et les autres pratiquants.

Mis à jour (Dimanche, 02 Janvier 2011 15:38)