Connexion



Recherche
Articles du blog
De retour de la sesshin

Voici quelques photos de la sangha du dojo zen de Mons de retour de la sesshin qui s'est tenue du 11 au 13 mars 2011 à Maredsous.

Ca n'a pas toujours été facile ( aïe les genoux ;-) ) mais je pense que la conviction de chacun à s'engager sur la voie a été renforcée. Merci à toutes et à tous.

 
Atelier couture suite

Voici les photos de nos amis de la sangha qui participent aussi aux ateliers couture organisés le mardi au dojo de Bruxelles.

Lire la suite...
 
Atelier couture

Nos amis de la sangha de Bruxelles nous ont accueillis ce dimanche 23 janvier pour un atelier couture.

Nous les remercions grandement pour leur accueil.

Voici quelques photos.

Lire la suite...
 
Notre Forum

Aujourd'hui nous avons le plaisir de mettre en ligne notre forum.

Lire la suite...
 
Comment devenir rédacteur ?

Pour aider les futurs rédacteurs, je vais commencer par expliquer comment devenir rédacteur.

 

Lire la suite...
 
Archives du blog
Infos du site
Membres : 410
Contenu : 54

 

zen monsAu 13ème siècle, le zen est introduit au Japon par Eihei Dogen. Né en 1200, Dogen est issu d'une famille princière de l'actuelle région de Kyoto. Il perd ses parents très jeune. Ces décès le marquent profondément et lui font prendre conscience de l'impermanence de la vie. A l'âge de treize ans, Dogen entre au monastère Enryaku-ji sur le Mont Hiei et devient moine, suivant ainsi les dernières recommandations de sa mère. Il est choqué par la corruption dont il est témoin dans ce monastère, où les moines, disposant de nombreuses propriétés foncières, sont surtout préoccupés par leur statut dans la hiérarchie monacale et par leur confort.

Tout comme Bodhidharma à son époque, Dogen est déçu de voir comment le bouddhisme évolue au Japon. Sur son parcours, il se heurte bientôt à cette question : "Si la nature de bouddha est inhérente à tous les êtres vivants, comment se fait-il que les Bouddhas de tous les temps aient dû rechercher l'Eveil et s'engager dans la vie spirituelle?" N'obtenant aucune réponse à sa question, il quitte le monastère et poursuit sa pratique auprès de différents maîtres. En 1225, au cours d'un voyage en Chine à la recherche d'un bouddhisme plus authentique, Dogen rencontre Maître Nyojo et devient son disciple. Maître Nyojo insiste sur la pratique de shikantaza. Dogen se plonge dans la pratique de zazen. A 26 ans, entendant son maître parler "d'abandonner le corps et l'esprit" à un autre moine, il réalise l'Eveil. Maître Nyojo le certifie. Un an plus tard, sur les conseils de son maître, Dogen retourne enseigner au Japon, loin de toute influence de la ville et du pouvoir.

Il rédige de nombreux essais sur le zen, dont le Fukanzazengi ("Conseils à tous pour le zazen") et le Tenzo Kyokun ("Instructions au cuisinier zen"), mais son ouvrage le plus célèbre est sans aucun doute le Shôbôgenzô ("Le Trésor de la Vraie Loi"), dans lequel il affirme que l'expérience personnelle authentique est préférable à la stricte observance d'une doctrine. Il montre que Zazen (la pratique) et Eveil ne font qu'un. Dogen fonde ainsi l'école zen Soto. En 1244, il fonde le temple Daibustu-ji qui deviendra Eihei-ji en 1246. Aujourd'hui encore, Eihei-ji est le plus grand temple zen au Japon. Malade depuis plusieurs mois, Dogen meurt en septembre 1253. Son disciple Ejô, qu'il a certifié et reconnu comme son successeur, prend sa suite.

Mis à jour (Dimanche, 02 Janvier 2011 15:17)